Juin 19

Souvenirs, souvenirs !!!..

Grâce à Dominique Lesay (la mémoire de notre amicale !) nous remontons le temps, comme dans un film fantastique.

Laissons le nous raconter…..

image

« En ce temps là les dames mettaient leurs robes longues et les messieurs endossaient leurs smokings.

C’était le temps où existait l’union des Provinces. L’Union regroupait toutes les Amicales régionales ayant leur siège à Toulouse.

Chaque année avait lieu la soirée dansante de l’Union.

La première à laquelle j’ai assisté était en 1957.

A l’époque de très nombreuses Amicales existaient à Toulouse : les gens de l’Est, la bretagne, la provence, la corse, le pays basque, la gascogne, l’ aveyron, la savoie et beaucoup d’autres, sans oublier bien entendu les Gars du Nord.

Toutes les Amicales avaient un groupe folklorique et nous avions un très beau groupe avec des boulonnaises et leurs fameuses coiffes ainsi que nos chers mineurs.

Tous les ans se déroulait au sein de chaque Amicale l’élection de la reine et de ses demoiselles d’honneur.

(C’est ainsi que le jour de notre mariage, à la basilique Saint Sernin, nous avons eu la surprise d’avoir à la sortie une haie d’honneur formée d’une quinzaine de boulonnaises et de mineurs.)

image

Les premières soirées de l’Union avaient lieu dans les salons de l’ex Grand hôtel de la rue de Metz, puis au Cercle des Officiers (rue du Lt Colonel Pélissier), puis à la Rotonde du Parc des expositions et enfin dans la très belle salle des fêtes de Castelginest.

Deux cents personnes, environ, y assistaient chaque année. Chaque Amicale venait avec son groupe folklorique au grand complet.

Tous ces groupes défilaient, au son de leur musique régionale, avec à leur tête la reine au bras de son Président.

En 1983, notre président Pierre Roussel, étant souffrant, m’avait demandé de le remplacer et c’est ainsi que j’ai défilé au bras de notre reine qui était … ma fille Marianne.

La reine des Provinces et ses demoiselles d’honneur étaient élues ce soir là. Elles recevaient de très jolis cadeaux et le traditionnel bouquet de fleurs.

Le temps passa et ces soirées devinrent des repas dansants et chaque fois l’organisation et le choix du menu (régional, bien sur) revenait à une Amicale différente.

Les Gars du Nord organisèrent les soirées en 1984 et en 1995.

Et voici le menu de 1984…

Anguilles fumées sur toast

***

Flamiche aux poireaux

***

Lotte à la Dunkerquoise

***

Lapin aux pruneaux et sa garniture de légumes

***

Salade d’endives

Fromage de Maroilles

***

Glaces et sa gaufre fourrée du Nord.

***

Café

Genièvre de Wambrechies

Bénédictine de Fécamp

Vin rouge de Toulouse

Vin blanc de Gaillac

Bière Pelforth pression à discrétion.

Et celui de 1995 :

Chuche Mourette en apéritif

***

Soupe à la bière

***

Waterzoï de Saint –Jacques et de Lotte

***

Carbonade flamande

***

Chicons

Fromage de Maroilles et du Mont des Cats

***

Tarte à la cassonade

***

Café et sa bistouille de Wambrechies

Vin de Gaillac

Bière pression.

Mais la plupart des Amicales disparurent, faute de combattants… et le dernier repas dansant eut lieu en 1999 et fut organisé par les corses.

Notre fidèle reporter écrivait dans le Beffroi n° 12 d’avril 1996 :

« L’union des Provinces devient une véritable peau de chagrin, qui chaque année se rétrécit de plus en plus.

On peut regretter l’absence de certaines Amicales. Elle est compréhensible pour les Gens de l’Est endeuillés par le décès de notre ami Camus. Mais ou sont passés, les autres amicales ? Le Quercy, le Tarn, l’Auvergne, la Lozère, le Berry, les Antilles, l’Outre-mer et toutes celles dont on ne parle plus.

Pour le moins que les responsables fassent acte de présence !

La prospérité de l union n’est que l’addition de toutes les provinces ! »

Depuis, l’Union a totalement disparu et, il ne reste que très peu d’Amicales, quatre ou cinq au plus et encore….

C’est à l’occasion de l’une de ces fameuses soirées que notre géant, Jehan de Flandre, fit sa première sortie en 1964.

C’est en passant entre les mains expertes d’Albert Meurisse qui l’opéra tel un chirurgien spécialiste, que Jehan devint Zulma.